Les pléonasmes les plus en vogue dans la presse

Un billet lu dans  blog des correcteurs du Monde.fr (ici)

En grec ancien, pleonasmos signifie "excès", "surabondance", "exagération". Si le pléonasme ne va pas jusqu'à l'hubris, la déraison, la démesure qui appelle la vengeance divine, il n'en suscite pas moins l'ire ou la dérision des lecteurs. La grande fréquence des pléonasmes dans la presse illustre l'usure des mots, mais aussi la méconnaissance de leur sens. Voici une revue de détail. Commençons par faire un sort au taux d'alcoolémie. L'alcoolémie étant le "taux d'alcool" dans le sang, à quoi bon en rajouter, sauf à voir double après une consommation immodérée de produits du terroir ?
La caserne évoquant pour tous la Grande Muette, autrement dit l'armée,

quelle information de plus donne-t-on en parlant de caserne militaire — à part rallonger la sauce quand on est payé au signe ?
Comment faut-il interpréter la locution au pluriel populations civiles ? Est-ce à dire que les populations non respectueuses des bonnes manières en sont exclues ? La population, au singulier, n'est-ce pas exhaustif ?
Le tri étant une sélection, parler de tri sélectif c'est bégayer. Un peu comme "sélection sélective".
Le principal protagoniste nous laisse dubitatifs : le "protagoniste" étant l'"acteur principal" (étymologiquement, "celui qui combat au premier rang"). Par exemple, dans l'Iliade, le protagoniste est Achille, et dans l'Odyssée, Ulysse. Et dans Ivanovde Tchekhov, c'est... Ivanov.
On peut lire ici ou là talonner de près. Talonner de loin, de toute façon, c'est ardu.
Le cadeau gratuit relève plus de la novlangue publicitaire que de celle de la presse, certes, mais il y fait aussi des incursions sournoises. Si un cadeau est payant, ce n'est plus un cadeau.
A quoi bon faire suivre "lorgner" de la préposition "sur", alors que ce verbe est transitif ? On peut donc faire l'économie de ladite préposition. Lorgner sur finit par faire loucher, ce qui est d'ailleurs le sens premier de ce verbe.
Un tollé étant par définition une... "clameur collective" (pléonasme du Larousse), on se gardera bien d'employer tollé général. La même remarque vaut pour liesse ou pour consensus.
Veto signifiant en latin "je m'oppose", il n'est pas nécessaire d'opposer son vetoquand on a cette prérogative. On se contentera de "mettre son veto".
Enfin, il est superfétatoire de faire suivre la locution adverbiale etc. (pour le latin et cetera, "et les autres choses") des points de suspension (etc...), car ils ont ici le même sens de "et les autres choses"...

Cette liste n'est pas close. Les pléonasmes ne se limitent donc pas à "monter en haut", "descendre en bas" ou "prévoir l'avenir", les exemples donnés par les dictionnaires. Beaucoup ne sont pas perçus comme tels et ont reçu l'onction des dictionnaires, comme au fur et à mesure ou donner le gîte et le couvert (dans les deux cas, on dit deux fois la même chose). D'autres ont été sanctifiés par la littérature (pauvre hère ou frêle esquif) et d'autres sont indivisibles, comme aujourd'hui  ou se suicider.
Le très mode au jour d'aujourd'hui étant une espèce de record, une façon de dire trois fois la même chose, cette locution est un chef-d'œuvre de vacuité.

Martine Rousseau et Olivier Houdart

talonner tri sélectif protagoniste taux d'alcoolémie presse pléonasme

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×