Bélître

Un "bélître" (et on ne confond pas avec bellâtre, hein ! ) est un mendiant, un gueux, un voleur. 
On parlait autrefois des quatre ordres de bélîtres pour parler des quatre ordres des mendiants (Bescherelle,1845).

 

Par extension, c'est devenu un homme de rien, un sot, un importun.

"J'étais donc en tête à tête avec le grand Erwin, (...), lorsqu'un bélître est venu me déranger. C'était le Suisse de l'église, qui, pour gagner trente sous, m'offrait de m'expliquer sa cathédrale". 
Hugo, Le Rhin,1842, p. 356.

". ... j'emporterai plutôt tout avec moi dans la fosse que de laisser la valeur d'un double rouge à ce bélître qui me fit tant souffrir." Camus, Les Esprits,1955, p. 463.

mendiant gueux voleur

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.