Le saviez-vous ?

Des définitions de mots inconnus, inusités, étonnants...

La noétique

En philosophie, "la noétique" est l'étude ou ou la théorie de la connaissance, de la pensée
"Toute la noétique de Duns Scot tend à renforcer autant que possible l'indépendance de l'intellect à l'égard de l'ordre sensible."
(Gilson, Espr. philos. médiév., 1931, p.35).

Noétiquement est l'adverbe correspondant :du point de vue de la noèse, de l'acte de connaissance. 
"À l'existence d'un objet pour la conscience, correspond noétiquement une thèse ou position d'existence"
(Sartre, Imaginaire, 1940, p.229).

L'adjectif concerne l'acte de connaissance, la noèse. 
On parle de la sphère noétique ; l'action noétique; la purification noétique.

.
En linguistique, je champ noétique est le champ des signifiés.

source

Lien pour la page Facebook de l'Institut suisse de Sciences noétiques, ici

Huit-reflets

Le "huit-reflets" est un chapeau de soie haut de forme, si brillant qu'on peut distinguer huit reflets sur le fond.

On parle également de "chapeau claque", "gibus", "haut-de-forme".

Fred Astaire

Nénie

Une "nénie", le plus souvent au pluriel, est un chant funèbre à la louange d'un personnage de marque, exécuté chez les Romains par des pleureuses à gages.

"L'antique nénie était délaissée et il avait été impossible de la faire revivre aux funérailles d'Auguste. Les litanies liturgiques, sorte de gloussement inintelligible, faisaient place à un chant original en l'honneur des défunts notables"
(Dict. d'archéol. et de liturg., Paris, Libr. Letouzey et Ané, 1934, p.1099).

Par analogie, elle désigne une lamentation funèbre, un chant triste.

"Je suivis ma cousine, (...) portée par huit vieilles femmes (...) tandis qu'aigre et faux s'égrenait le De Profondis de chantres plus habitués aux travaux des champs qu'aux Nénies qu'ils psalmodiaient là"

(Verlaine, OEuvres compl., t.5, Confess., 1895, p.106).

Source

œnanthique

"œnanthique​" est un adjectif relatif au bouquet d'un vin.

"Ce qu'on nomme le bouquet des vins est dû à un principe huileux ou éthéré, que MM. Liébig et Pelouze sont parvenus à isoler et qu'ils ont nommé éther oenanthique"
(Dorvault, L'Officine, 1850, p.608 ds Quem. DDL t.12).

source

×