Obombrer

 
"Obombrer" signifie couvrir d'une ombre. 
 
"Quelques poils commençaient à obombrer les commissures de ses lèvres" (Gautier, Fracasse, 1863, p.27). 
 
 Il signifie également couvrir (d'une ombre) pour protéger; protéger. 
 
"L'âme (...) a trouvé la paix et la vertu du Seigneur l'obombre "(Claudel, Corona Benignitatis, 1915, p.383)
 

 

 
Au figuré , il signifie également cacher, recouvrir, dissimuler. 
 
"Les caricatures de Goya renferment, dit-on, quelques allusions politiques; mais il faut bien les chercher à travers le voile épais qui les obombre" (Th. Gautier dsLar. 19e):
 
Ou encore assombrir, rendre terne, triste.
 
" Quittez cette livrée de mélancolie et de misère qui obombre vos avantages naturels et vous inspire une injuste défiance de vous-même" (Gautier, Fracasse, 1863, p.97).
 
"L'amitié que Mounnezergues avait maintenant pour lui, mais qu'obombraient en ce moment les sournois échos de sa jeunesse" (Queneau, Pierrot, 1942, p.146).
 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×